telephone+22951543276

Jatropha rouge et Manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars

Pour faire une entrée en matière, sachez que le centre de phytothérapie AFRIKAHERBS dispose d’un remède préparé à base du Jatropha rouge et du manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars. Il s’agit d’une formule améliorée et traitée avec soin par des phytothérapeutes dotés d’un savoir-faire de qualité et de plusieurs années d’expérience. Cette recette naturelle est estimée à plus d’un million de dollars auprès du lobby pharmaceutique mondial. Cliquez ici pour en savoir davantage sur ce remède magique.

Jugée pendant longtemps comme une maladie incurable, le VIH SIDA a déjà fait plus de victimes à travers le monde que la Première Guerre mondiale. Peu importe la fortune dont vous disposez, le virus attaque sans aucune distinction sociale. Face à cela, nous notons depuis quelques années sur les réseaux sociaux, des publications faisant état d’un probable remède naturel. Cette recette à base du Jatropha rouge et du manioc réalisé par le centre AFRIKAHERBS pourrait bien mettre fin à l’épidémie du VIH SIDA.

Depuis que le virus a commencé à sévir, les cas de contamination ne cessent d’augmenter de jour en jour. C’est d’ailleurs la principale raison qui explique l’urgence de trouver une solution miracle afin d’éradiquer complètement cette épidémie. Voici donc Jatropha rouge et Manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars. Cette solution pourrait soulager avec efficacité les personnes séropositives. Lisez ce contenu pour mieux comprendre.

Quels sont les risques que représenterait cette recette pour l’industrie pharmaceutique ?

La découverte d’une recette pouvant soigner définitivement le VIH SIDA ne sera certainement pas sans conséquence. Cela pourrait créer au sein de la population, un relâchement du port du préservatif. De même, on pourrait assister à un laxisme dans la mise en application des mesures de protection contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

Du coup, les gens n’auront plus trop envie d’utiliser le préservatif pour entreprendre des rapports sexuels. La belle preuve, la majorité des jeunes pensent à tort ou à travers que le port du préservatif diminue le plaisir sexuel. Cette façon de penser pourrait engendrer bien évidemment une baisse conséquente du chiffre d’affaires des pharmacies. Moins on utilise des préservatifs, moins il y aura de ventes dans les pharmacies et cela aura des répercussions directes sur tout le système.

Est-ce une bénédiction ou une malédiction de naître avec le VIH SIDA ?

Face à cette question plus ou moins étrange, nous avons recueilli les témoignages d’un enfant né avec le VIH SIDA. Voici ce que nous avons pu obtenir de cet enfant.  

« Je suis séropositif depuis 26 ans et j’ai 26 ans. J’habite à Abidjan en Côte d’Ivoire où j’ai été suivi depuis ma naissance à l’hôpital de Bingerville. Là-bas, ils m’ont expliqué que j’avais le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Je ne savais pas ce que c’était, mais je ne posais pas plus de questions que ça. Je l’avais intégré tout simplement. Au départ, c’était des traitements aux biberons et depuis, je ne les ai jamais arrêtés. Enfant, j’avais du mal à les prendre puis à l’adolescence, j’ai compris leur intérêt pour vivre une vie normale. »

« Mon père, ce grand viveur, il a transmis le VIH à ma mère qui me l’a transmis à son tour. Charlotte de 6 ans, mon aînée est séronégative. Ma mère a appris sa séropositivité dans une salle d’attente lors de sa première échographie quand elle était enceinte de moi. On ne lui a pas donné de traitement, en 1991. On n’avait pas assez de moyens pour éviter la contamination au bébé. Je suis donc née avec le VIH et l’on me donnait 6 mois à vivre. »

« Mon père est décédé une semaine après ma naissance. Il avait arrêté de prendre son traitement. Quand ma mère me l’a expliqué, j’en ai voulu à mon père puis avec les années, j’ai respecté son choix. Je n’étais pas à sa place et je ne peux pas savoir ce qu’il a vécu. C’est dur d’avoir grandi sans père, mais c’est encore plus dur pour ma sœur parce qu’elle l’a connu et partagé des choses avec lui. Cela l’a marqué. »

Voici donc les témoignages de notre ami de la Côte d’Ivoire. Nous vous laissons répondre à la question en titre : Est-ce une bénédiction ou une malédiction de naître avec le VIH SIDA ?

Que savoir sur le VIH SIDA ?

Dans cette partie, nous allons essayer de répondre aux questions fréquemment posées (FAQ) par les patients souffrant du VIH SIDA.

Quels sont les premiers symptômes du VIH ?

Les premiers symptômes du VIH ressemblent beaucoup à ceux de la grippe. En effet, on note généralement la fatigue, la fièvre, le mal de gorge, les courbatures, les maux de tête et quelques fois des ganglions lymphatiques enflés. D’autres maladies opportunistes peuvent survenir. C’est le cas par exemple de l’herpès génital.

Sachez que la relation entre le VIH SIDA et l’herpès génital est très minime. Si vous souffrez de cette maladie opportuniste, le centre AMANSIBIO dispose d’un remède naturel très efficace. Il s’agit de la thérapie n° 20 : Remède herpès génital. C’est un traitement très efficace qui permet notamment de soigner définitivement l’infection de l’herpès génital.

Comment ai-je contracté le VIH ?

Vous avez probablement contracté le virus en entrant en contact avec le sang ou les liquides sexuels d’une personne séropositive. Les modes de transmission les plus courants sont notamment les relations sexuelles anales ou vaginales non protégées et le partage d’aiguilles.

Le test de mon partenaire était négatif. Cela est-il fiable ? Suffit-il pour échapper au VIH ?

En général, il faut un certain temps pour que la séroconversion se produise. Il s’agit de la période qui suit l’exposition. Cette période intervient à partir du moment où le corps commence à produire les antigènes et les anticorps recherchés par les tests VIH.

Parfois, la période entre l’exposition au VIH et la séroconversion peut varier. Par ailleurs, la plupart des gens deviennent positifs au bout de plusieurs semaines d’exposition. Une personne dont le partenaire vient d’être diagnostiqué devrait refaire le test trois mois plus tard pour confirmer les résultats (six semaines pour les tests de dernière génération).

Vais-je transmettre le VIH à ma famille et à mes amis ?

Non. Beaucoup de peurs et de malentendus entourent encore le VIH. Toutefois, nous pouvons remarquer que les traitements ont progressé au cours des dernières décennies au point qu’il s’agit simplement d’une maladie chronique comme le diabète. Si vous craignez de transmettre le VIH à votre famille, vos amis ou même vos connaissances occasionnelles, nous ne vous le reprochons pas.

Toutefois, le virus peut être transmis par des contacts physiques, l’usage des liquides sexuels et par le sang. Les centres pour le contrôle et la prévention des maladies indiquent clairement que le VIH ne se transmet pas par la salive (cracher ou embrasser). Il ne se transmet pas non plus par le partage des toilettes, des boissons ou des ustensiles de cuisine. Alors, prenez vos dispositions.

Si je suis déclaré séropositif, est-ce ma faute ?

Le VIH n’est pas une sorte de rétribution divine. C’est un virus qui est transmissible et qui voyage entre les gens. Certains types d’activités peuvent augmenter vos risques, mais elles ne vous obligent pas à tomber malade. Nous ne reprochons pas aux diabétiques leur diabète même si le diabète de type 2 est évitable. De la même façon, nous n’avons donc pas à blâmer le VIH.

Je pensais que les « actifs » ne pouvaient pas attraper le VIH. Comment est-ce possible ?

Comme vous le savez certainement déjà, le partenaire réceptif ou le « passif » a treize fois plus de risques de contracter le VIH dans une relation sexuelle que le partenaire « actif ». Toutefois, il n’est pas impossible pour les actifs d’être contaminés. Ceux-ci peuvent toujours contracter le VIH en ayant des rapports sexuels non protégés.

Être séropositif signifie-t-il que j’ai aussi le SIDA ?

La confusion entre VIH et SIDA ou l’utilisation interchangeable des deux termes fait partie des erreurs les plus fréquentes commises par le tout-venant et même par les médias. Aux États-Unis comme dans la plupart des pays occidentaux, la majorité des personnes vivant avec le VIH ne développeront jamais le SIDA. C’est d’ailleurs le stade le plus avancé de l’infection.

Le VIH est le virus qui cause le SIDA. En effet, pour la plupart des gens, un traitement approprié et des soins médicaux réguliers peuvent aider à renforcer suffisamment le système immunitaire pour prévenir le VIH au stade 3 et les maladies associées.

Qu’en est-il du diagnostic ?

Un diagnostic de SIDA n’est établi que si le nombre de vos cellules CD4 chute au-dessous de 200 et que votre système immunitaire est tellement endommagé que vous êtes susceptible de contracter des maladies opportunistes mettant votre vie en danger. Avancer et continuer le traitement est le meilleur moyen de s’assurer que l’infection VIH ne se transforme pas en SIDA.

Est-ce que je vais mourir ?

Probablement pas du VIH. Une personne diagnostiquée aujourd’hui a à peu près la même espérance de vie qu’une personne séronégative. Cependant, le virus vous rend plus vulnérable à d’autres problèmes de santé que vous devez connaître. Il s’agit notamment des maladies cardiovasculaires, des problèmes rénaux et de la perte de densité osseuse. Mais ces problèmes peuvent être évités avec des changements de mode de vie et la prise régulière de bons médicaments.

Pourquoi les résultats sont-ils plus inquiétants pour certaines personnes séropositives ?

Les personnes de race noire, les homosexuels, les personnes pauvres ont plus de chances de mourir du VIH SIDA surtout pour manque de prise en charge. Certaines de ces disparités sont liées aux obstacles, aux soins de santé, aux inégalités raciales, à la discrimination, à la pauvreté, à l’usage de drogues et même aux problèmes de santé mentale non traités.

Par ailleurs, la première étape de la réduction de ce manque d’harmonie ou d’égalité consiste à suivre un traitement et à le maintenir. Pour y arriver, il existe des programmes gouvernementaux qui peuvent vous aider à vous permettre ces traitements.

Quel remède naturel pour guérir efficacement le VIH SIDA ?

Au fil des années, de plus en plus de naturothérapeutes africains proposent des remèdes qui selon eux pourraient guérir le SIDA. Et dans ce lot de remèdes, il y a une plante qui a fait bonne impression depuis plusieurs années. Il s’agit bien sûr du Jatropha rouge, la plante qui pourrait guérir le VIH SIDA. Selon certains connaisseurs, cette plante aurait des propriétés médicinales capables de guérir les personnes atteintes du VIH SIDA. En clair, cette plante miracle aiderait à dire revoir au SIDA.

Comment s’en servir pour bénéficier de ses bienfaits ? Il vous faudra pétrir, broyer ou malaxer quelques feuilles de cette plante dans de l’eau. Une fois le jus obtenu et filtré, vous devez en prendre 3 verres par jour (matin, midi et soir). Les résultats devraient apparaitre au bout de deux mois de prise régulière.

Jatropha rouge et Manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars

Dans le traitement du SIDA avec le Jatropha rouge, certains guérisseurs ont poussé les recherches un peu plus loin. En effet, ces derniers évoquent l’existence d’un traitement miracle du SIDA à base de cette plante associée au manioc.

A priori, la boisson médicamenteuse obtenue de cette plante et du manioc aurait des effets antirétroviraux spectaculaires. En plus, tout le monde peut même le faire chez soi. Et dans ce cas, il suffit de bien laver les feuilles fraiches de Jatropha rouge puis de peler des tubercules de manioc

Ensuite, à l’aide d’un extracteur de jus ou d’une centrifugeuse, il faut obtenir le jus de chacun des deux ingrédients. En mélangeant les deux solutés, vous obtiendrez une recette très efficace pour en finir définitivement avec les charges virales dans votre corps. 

Le centre AMANSIBIO propose aussi un traitement amélioré qui pourrait vous aider certainement. Il s’agit de la pharmacopée n° 16 : Remède naturel contre le VIH SIDA, une recette transmise depuis des années et de génération en génération.

AFRIKAHERBS, de la feuille à la tisane!!!

Lire aussi : La « Panacée universelle » de AMANSIBIO contre les rétrovirus (VIH SIDA).

Abonnez-vous à notre Newsletter

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 juillet 2020

    […] Jatropha rouge et Manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars. […]

  2. 18 septembre 2020

    […] Lire aussi : Jatropha rouge et Manioc, la recette magique anti-VIH à 1 million de dollars […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 8 =


×

Salut!

Cliquez pour discuter avec un phytothérapeute ou envoyez nous un mail ici contact@afrikaherbs.com

×