Discutons
telephone+22951543276

Nouveau traitement endométriose

Voici un nouveau traitement endométriose, une maladie longtemps ignorée. L’endométriose, parfois très difficile à vivre au quotidien, se définit comme la présence en dehors de la cavité utérine de tissu semblable à l’endomètre. Ce tissu subira, lors de chacun des cycles menstruels ultérieurs, l’influence des modifications hormonales.

Précisons que la physiopathologie de l’endométriose n’est pas univoque et elle fait intervenir de nombreuses hypothèses. Comme hypothèses, nous avons la métaplasie, induction, métastatique, immunologique, génétique, épigénétique et environnementale, cellules souches, etc.

Voici un nouveau traitement endométriose

Par ailleurs, il est impossible de comprendre cette maladie sans prendre en compte la théorie de la régurgitation dite « théorie de l’implantation ». Lors de la menstruation, sous l’effet des contractions utérines, une partie du sang est régurgité dans les trompes pour arriver dans la cavité abdomino-pelvienne.

Lire aussi : Traitement pour arrêter les plaies liées à l’endométriose

Ce sang contient des cellules endométriales et des fragments de muqueuse utérine. Au lieu d’être détruits par le système immunitaire, ces cellules et fragments vont s’implanter. En effet, sous l’effet des stimulations hormonales ultérieures, ils vont proliférer sur les organes de voisinage (péritoine, ovaire, trompe, intestin, vessie, uretère, diaphragme…).

L’endométriose est ainsi responsable de douleurs pelviennes invalidantes et aussi d’infertilité. Ces symptômes ont un impact majeur sur la qualité de vie des personnes atteintes avec un retentissement majeur sur leur vie personnelle et conjugale mais également professionnelle et sociale. Voici un nouveau traitement endométriose.

L’endométriose : Une maladie complexe

On dit souvent qu’il n’existe pas « une » mais « des » endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre. De même, il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre.

Cependant, les médecins se veulent rassurants. Dans 1/3 des cas, l’endométriose ne se développe pas. Elle stagne, voire régresse grâce au traitement (médical ou chirurgical) ou de façon spontanée, notamment pour les formes superficielles. Toutefois, on sait aussi que certaines endométrioses vont évoluer vers des formes sévères dont la prise en charge est complexe et relève de la multidisciplinarité. C’est là tout l’intérêt d’un diagnostic le plus précoce possible. Cela permet d’éviter une potentielle aggravation des symptômes et une détérioration de la qualité de vie.   

Les différents types d’endométriose

Aujourd’hui, on ne classifie plus les endométrioses en “stades” I – II – III – IV. On parle désormais de 3 types d’endométriose : Endométriose superficielle, endométriose ovarienne et endométriose pelvienne profonde. Parlant de l’endométriose superficielle ou péritonéale, elle désigne la présence d’implants d’endomètre ectopiques localisés à la surface du péritoine.

L’endométriose ovarienne est un kyste de l’ovaire caractérisé par son contenu liquidien, couleur chocolat. Quant à l’endométriose pelvienne profonde (ou sous-péritonéale), elle correspond aux lésions. Il s’agit des lésions qui s’infiltrent en profondeur à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. Ce type d’endométriose peut toucher typiquement les ligaments utéro-sacrés, le cul-de-sac vaginal postérieur, la vessie, les uretères et l’intestin.

Au-delà de la cavité pelvienne, l’endométriose sous-péritonéale peut également toucher le sigmoïde, le côlon droit, l’appendice et l’iléon terminal pour les localisations les plus fréquentes. Rappelons qu’il n’y a pas de corrélation entre l’intensité de la douleur ou le type d’endométriose. De même, une endométriose superficielle peut être très douloureuse en raison de la présence de nombreux nerfs.

Cela pourrait vous intéresser :

L’endométriose touche 1 femme sur 10, en âge de procréer

Il n’est pas rare aujourd’hui de voir de très jeunes femmes atteintes par cette maladie. En général, la plupart de ces femmes se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques violentes sans que le médecin ait évoqué une possible endométriose. Il existe également des cas de femmes ménopausées ou opérées par hystérectomie et ovariectomie qui continuent à souffrir d’endométriose.

Aujourd’hui, l’endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de sept ans. Cela permet, malheureusement à la maladie de causer des dommages notables à différents organes. Par ailleurs, les médecins spécialistes de l’endométriose s’accordent à dire que la maladie toucherait 1 femme sur 10. Ce chiffre concerne les femmes pour qui le diagnostic a été posé. Il est donc probable que l’endométriose touche plus de femmes encore.

Et qu’en sont-ils des adolescents face à l’endométriose ? Dans notre société, on considère que seules les femmes adultes sont concernées par l’endométriose. Cela s’explique généralement par les deux faits ci-après :

  • dans l’inconscient collectif, il est normal que les femmes souffrent pendant leurs règles.
  • la douleur des très jeunes femmes est plus rarement prise en compte.

Pourtant, plusieurs études ont mis en évidence une fréquence élevée de l’endométriose chez des adolescentes. On observe souvent chez celles-ci des douleurs sévères (douleurs de règles, troubles digestifs ou urinaires) et, une fois sur deux, des douleurs continues en dehors des règles. Voici un nouveau traitement endométriose.

Traitement naturel pour soigner l’endométriose

Ingrédients :

  • Écorces de Fagara
Écorces de Fagara
  • Gingembre
Gingembre

Préparation : Faire sécher les écorces de Fagara préalablement découpées en morceaux. Faire sécher également le gingembre. Ensuite, faire réduire en poudre séparément les écorces de Fagara et le gingembre. Mélanger les deux poudres et conserver dans un bocal en verre teinté. Faire infuser chaque matin une cuillère à soupe de ce mélange dans 1 litre d’eau chaude. Boire 1/2 litre le matin et 1/2 litre le soir.

Par ailleurs, nous proposons un traitement naturel amélioré et très efficace pour soigner l’endométriose. Visitez notre boutique en ligne pour avoir plus d’informations sur la pharmacopée N° 22 : Remède naturel contre l’endométriose. Le traitement est disponible sur commande.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. 28 janvier 2021

    […] Lire aussi : Nouveau traitement endométriose […]

  2. 28 janvier 2021

    […] Lire aussi : Nouveau traitement endométriose […]

  3. 9 février 2021

    […] combattre les maladies telles que les kystes, les fibromes, les myomes, les polypes utérins, l’endométriose, le début du cancer du col de l’utérus, etc. Associé à l’ail, le tétrapleura tétraptéra […]

  4. 3 mars 2021

    […] Lire aussi : Nouveau traitement endométriose […]

  5. 29 octobre 2021

    […] Lire aussi: Nouveau traitement endométriose […]

  6. 14 décembre 2021

    […] Nouveau traitement endométriose […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 11 =